bj.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

15 meilleurs restaurants en Russie et ses voisins

15 meilleurs restaurants en Russie et ses voisins


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


D'abord venu The Daily Meal's 101 meilleurs restaurants en Amérique, ensuite Les 101 meilleurs restaurants d'hôtels dans le monde. Aujourd'hui, The Daily Meal a jeté son dévolu sur l'Europe. Chaque semaine cet automne, The Daily Meal mettra en lumière les meilleurs restaurants de diverses régions d'Europe, culminant avec le lancement de notre première liste des 101 meilleurs restaurants d'Europe le 19 décembre.

Voir les 15 meilleurs restaurants en Russie et ses voisins diaporama

Toujours à la recherche des meilleurs endroits pour manger et dîner dans les villes grandes et petites, The Daily Meal poursuit sa tournée culinaire européenne en Estonie, Lettonie, Lituanie et Russie.

La liste des 15 meilleurs restaurants d'Estonie, de Lettonie, de Lituanie et de Russie du Daily Meal a été soigneusement organisée grâce à un processus de nomination de deux mois ; nous avons consulté le Guide Michelin et d'autres sources fiables et recueilli les recommandations des éditeurs de The Daily Meal, qui ont beaucoup voyagé et dîné à travers le monde.

Une fois que nous avons compilé une liste préliminaire de plus de 100 restaurants, nous avons contacté un panel de juges compétents, composé de critiques de restaurants, d'écrivains sur l'alimentation et le style de vie et de blogueurs ayant une vaste expérience de la restauration. Ils ont ajouté leurs propres favoris, puis ont voté pour les gagnants.

Les panélistes ont voté dans deux catégories : cuisine et style/décor/service. Des options de menu innovantes à l'assiette et à la présentation en passant par la fraîcheur, la qualité et le goût, les panélistes ont évalué la cuisine de chaque restaurant et n'ont voté que pour les restaurants qu'ils jugent extraordinaires. Pour la deuxième catégorie, les panélistes ont évalué l'expérience culinaire, de l'intérieur du restaurant et de l'ambiance de la salle à manger au service, en votant pour les restaurants qui, selon eux, offrent une expérience inégalée. Chaque restaurant a eu la chance d'être élu deux fois lors de l'enquête. Enfin, les scores en pourcentage de chaque catégorie ont été moyennés pour arriver au classement final.

Avec des dizaines de restaurants parmi lesquels choisir, c'était un défi culinaire de réduire la liste à 15. Beaucoup de choses ont changé dans la région au cours des deux dernières décennies, alors que les restaurants d'État rigides ne servant qu'une poignée de produits alimentaires ont commencé à laisser place à une cuisine d'avant-garde. Des restaurants proposant une variété de cuisines, du français classique à la fusion, ont été considérés. Nous n'avons pas fait de discrimination selon l'emplacement ; aucune ville, principauté ou île n'était à l'écart. La liste est peuplée de restaurants servant une cuisine qui couvre toute la gamme des chefs-d'œuvre de la gastronomie moléculaire à Chaika à Moscou à la cuisine traditionnelle ouzbek à Sato à Riga, en Lettonie.

Presque tous les restaurants se trouvent dans les capitales : Moscou, Riga, Tallinn et Vilnius, mais un quatuor de restaurants dans les petites villes figurent sur la liste : deux en Estonie, le bord de mer OKO, à 30 minutes en voiture de Tallinn à Kaberneeme, et Alexandre sur l'île de Muhu au large de la côte nord-est de l'Estonie, et deux restaurants à Saint-Pétersbourg, le café décontracté Idiot et Alain Ducasse's mélanger.

Alors que la première liste des 101 meilleurs restaurants d'Europe du Daily Meal ne sera dévoilée que le 19 décembre, The Daily Meal 15 meilleurs restaurants de Russie et de ses voisins ne manquera pas de vous mettre en appétit.

Sean Flynn a contribué au texte et à la recherche de cette histoire. Sean Flynn est un écrivain junior pour The Daily Meal. Suivez-le sur Twitter @Buffaloflynn. Lauren Mack est la rédactrice de voyages au Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @lmack.


Les meilleurs restaurants de Skopje où manger

Comme la plupart des capitales du monde, Skopje possède un riche musée et une scène gastronomique et de nombreux restaurants délicieux qui valent le détour. Il suffit de savoir où chercher.

La Macédoine est un pays célèbre pour sa bonne cuisine à se lécher les doigts. Dans cette liste, nous présenterons certains des meilleurs restaurants qui servent une cuisine macédonienne traditionnelle, mais aussi des restaurants avec des concepts uniques et des plats inhabituels et exotiques.

Donc, si vous voyagez à Skopje et que vous vous demandez où manger, même si ce n'est que pour un week-end rapide, voici les meilleurs restaurants de la capitale macédonienne qui satisferont même les plus exigeants.


Shchi

Shchi est une soupe au chou typique à base de chou frais ou fermenté. Alors que différentes recettes nécessitent divers ingrédients, le shchi contient souvent des pommes de terre, des carottes, des oignons et éventuellement un type de viande comme le poulet. Le chou peut également être remplacé par de la choucroute, que l'on appelle alors sour shchi.


18 aliments russes qui vous feront aller Mmmmm&hellip.

La nourriture russe n'est pas exactement en tête des classements de popularité en Amérique, ce qui est vraiment dommage, car cet immense pays a un parcelle à offrir en plus de la vodka et du caviar.
Si vous vous trouvez un jour à Moscou, voici les 18 plats russes dans lesquels vous devez absolument vous mettre les dents.

1. Bortsch

Ca a quel goût: Comme un gros ragoût froid mangé directement du tupperware à 2 heures du soir pour rassasier une course de la faim de minuit. La crème sure équilibre la douceur et le rouge de la betterave est incroyablement joli.

2. Boeuf Stroganoff

Qu'est-ce que c'est: Lanières de bœuf sautées dans une sauce au beurre, au vin blanc, à la crème sure (appelée « smetana » en Russie), à ​​la moutarde et aux oignons. Consommé directement ou versé sur du riz ou des nouilles.

Ca a quel goût: Sain et copieux. Bien qu'il tire son nom de l'influente famille Stroganov en Russie et que vous puissiez trouver des variantes dans les restaurants chics, il a toujours le goût d'un plat simple que vous prépareriez un dimanche soir.

3. Chou aigre-doux

Qu'est-ce que c'est: Chou cuit au vinaigre de vin rouge, compote de pommes, beurre et oignons. Pommes en dés, sucre, feuilles de laurier et clous de girofle ajoutés sur le dessus.

Ca a quel goût: Tout comme son nom l'indique - aigre-doux. La pomme et la compote de pommes équilibrent l'acidité du vinaigre de vin rouge et complètent le croquant du chou.

4. Soupe Solyanka

Qu'est-ce que c'est: Une soupe copieuse à base de gros morceaux de bœuf et/ou de porc, cuite pendant des heures à feu doux avec de l'ail, des tomates, des poivrons et des carottes.

Ca a quel goût: Ce plat était originaire de Géorgie mais peut maintenant être trouvé dans toute la Russie. C'est copieux et comme à la maison. Mangez-le avec du pain lavash géorgien et c'est un repas en soi.

5. Golubtsy

Qu'est-ce que c'est: Bœuf râpé ou émincé enveloppé dans du chou et cuit à la vapeur/bouilli jusqu'à ce qu'il soit cuit. Trouvé dans toute l'Europe de l'Est, bien que les Russes aiment ajouter de la crème sure sur le dessus, ce qui fait vraiment ressortir les saveurs.

Ca a quel goût: La texture du chou bouilli peut être rebutante pour certains, mais la pratique consistant à ajouter de la crème sure dessus compense. De toute façon, toi non plus amour golubtsy et pensez que c'est la plus grande chose sur Terre, ou vous le détestez complètement. Il n'y a pas de voie médiane quand il s'agit de golubtsy.

6. Olivier

Qu'est-ce que c'est: Pommes de terre, cornichons, bologne, œufs et carottes nageant dans un bol de mayonnaise.

Ca a quel goût: Olivie - ou Olivier Salad - est la plus typique de toutes les salades russes. Chaque cuisinier a sa propre recette et c'est un aliment de base dans chaque foyer russe. Cela a un goût de bonté gluante, surtout lorsque la mayonnaise est fraîche et faite maison.

7. Blinis

Qu'est-ce que c'est: Crêpes minces ressemblant à des crêpes faites de pâte sans levain, généralement garnies de garnitures salées ou sucrées telles que du bœuf haché, du caviar ou des pommes.

Ca a quel goût: Comme des crêpes, mais seulement plus salées. Un favori russe est en tête blinis au caviar, ce qui en fait très intéressant tarif du petit déjeuner.

8. Okrochka aux pommes de terre

Qu'est-ce que c'est: Une soupe froide à base de babeurre, de pommes de terre et d'oignons, garnie d'aneth.

Ca a quel goût: Étonnamment délicieux, étant donné la simplicité de la recette. La qualité des pommes de terre et la fraîcheur du babeurre sont ce qui le rend. La soupe à l'okroshka peut également être préparée à partir d'autres légumes, bien que les pommes de terre russes fonctionnent mieux.

9. Knish

Qu'est-ce que c'est: Purée de pommes de terre, boeuf haché, oignons et fromage fourrés dans une pâte épaisse et frits/cuits.

Ca a quel goût: Comme un croisement entre une calzone et un samosa. C'est stupide et simple à faire et vous pouvez trouver des variantes qui incluent tout, du poisson aux olives. Un incontournable dans toute l'Europe de l'Est.

10. Khinkali

Qu'est-ce que c'est: Boulettes de boeuf haché et coriandre.

Ca a quel goût: Comme les boulettes chinoises, sauf avec des saveurs plus orientales. Le secret de leur délice est que la garniture n'est pas cuite avant d'être remplie dans les boulettes. De cette façon, lorsque la garniture cuit à l'intérieur de la boulette, tout le jus reste piégé à l'intérieur.

11. Khachapuri

Qu'est-ce que c'est: Pain épais et croustillant en forme de bateau et fourré de variétés de fromages fondus.

Ca a quel goût: Le pain frais est délicieux. Du pain fraîchement sorti du four avec 4 à 5 types de fromages dessus est encore plus délicieux. Certaines personnes aiment jeter un œuf sur le dessus, ce qui porte le niveau de délice jusqu'à 11.

12. Zharkoye

Qu'est-ce que c'est: Un ragoût à base de bœuf, de pommes de terre, de carottes, de persil et de céleri, légèrement épicé avec de l'ail, des clous de girofle et de l'aneth. Servi chaud avec de la crème sure.

Ca a quel goût: Comme à la maison. Il s'agit d'un plat réconfortant russe qui est facile à cuisiner et peut contenir des tonnes d'ingrédients différents. Vous trouverez le zharkoye sur les tables à manger dans tout le pays.

13. Pelmeni

Qu'est-ce que c'est: Boulettes faites de pâte fine sans levain et fourrées de viande hachée, d'oignons, de champignons et parfois de navet.

Ca a quel goût: Comme une variante particulièrement russe de la boulette chinoise. La pâte est ce qui rend cela spécial. Il est également assez flexible et peut accueillir tout type d'ingrédient, c'est pourquoi il est un favori parmi les célibataires et les étudiants en Russie.

14. Chachlik

Qu'est-ce que c'est: Une sorte de shesh kebab fait sur un feu ouvert. Vous pouvez utiliser n'importe quel type de viande, bien que les Russes préfèrent le porc. Les ingrédients de la marinade varient également d'une région à l'autre, allant du vin rouge au vinaigre en passant par le jus de grenade.

Ca a quel goût: Vous ne pouvez pas vous tromper avec des morceaux de viande grillés. La Russie aime son chachlik et vous ne pouvez pas marcher deux pâtés de maisons à Moscou sans tomber sur un shashlychnaya – petits restaurants spécialisés dans le shashlik. Le chachlik traditionnel russe est préparé au feu de bois avec des feuilles d'herbes souvent mélangées pour rehausser la saveur.

15. Pain d'épice de Tula

Qu'est-ce que c'est: Pain d'épices épicé à base de miel et fourré de confiture ou de lait concentré. Il est de coutume d'imprimer sur le pain des motifs et des gravures complexes.

Ca a quel goût: Épicé, sucré et sain. Le pain d'épice de Tula est une version très russe de la recette classique du pain d'épice. Il occupe une place suffisamment importante dans la cuisine russe pour que Tula ait même ouvert un musée consacré au pain en

16. Pirojki

Qu'est-ce que c'est: Pâtisseries farcies de pommes de terre, de viande, de chou ou de fromage.

Ca a quel goût: Sucré et salé. La pâte est la star et la viande n'est que l'acteur secondaire de cette recette. Le pirozhki traditionnel est glacé avec des œufs et cuit au four, bien qu'il ne soit pas rare de faire frire la pâte.

17. Morozhenoé

Qu'est-ce que c'est: Glace russe. Plus crémeux et plus riche que son homologue américain.

Ca a quel goût: Froid et crémeux. Les Russes aiment leur glace autant qu'ils aiment leur vodka. Vous trouverez de petits chariots morozhenoe à chaque coin de Moscou. La crème glacée utilise beaucoup de produits laitiers riches et est généralement garnie de chocolat ou de fraises.

18. Chak-Chak

Qu'est-ce que c'est: Boules frites ou petites bûches de pâte sans levain et garnies de sirop de miel chaud. Le tas de boules de pâte enrobées de miel est généralement laissé à durcir avant de manger.

Ca a quel goût: La pâte frite et le miel sont une combinaison que tout le monde devrait goûter au moins une fois. Chak-Chak est particulièrement populaire parmi les Tatars, où vous pouvez le trouver en vente dans chaque ville et village.

La Russie est un énorme pays et ce poste ne commence même pas à couvrir la variété de sa cuisine. Mais si jamais vous avez envie d'expérimenter la cuisine russe au-delà du bortsch et de la vodka, cette liste est un très bon point de départ !


Contenu

Les premières mentions de l'alimentation et de l'agriculture des peuples baltes (Aestii) et des coutumes qui s'y rapportent viennent de Tacite vers 98 après J. [3]

Le voyageur du IXe siècle Wulfstan a attesté l'usage de l'hydromel chez les Baltes de l'Ouest : « Il y a beaucoup de miel et de pêche. Le roi et les hommes les plus puissants boivent du lait de jument, les pauvres et les esclaves boivent de l'hydromel. . Il n'y a pas de bière. brassée parmi les Este mais il y a beaucoup d'hydromel." [4]

Au 14ème siècle, en Lituanie, presque toutes les céréales et légumineuses connues aujourd'hui étaient cultivées, mais le seigle était le plus populaire, car il était plus facile à cultiver dans le climat nord-européen et la récolte était plus prévisible. Dans le fort de Maišiagala, dans la couche du XIIIe au XIVe siècle, environ 20 sortes de céréales et légumineuses diverses ont été trouvées – seigle d'hiver et d'été, blé, orge, avoine, millet, sarrasin, lentilles, vesces, pois, fèves. [5]

Au Moyen Âge, la chasse était le principal moyen de se procurer de la viande. On sait qu'avant la bataille de Žalgiris, Vytautas le Grand organisa une grande chasse dans la forêt de Baltvyžis et prépara des barils de viande salée pour l'armée. Le gibier était également un aliment de base des nobles : les sages, les aurochs et les cerfs étaient chassés. La Lituanie a eu des guerres de longue durée (environ 200 ans) avec l'Ordre teutonique. Il entretint également avec lui des relations diplomatiques, au cours desquelles divers cadeaux furent échangés - on sait quel Ordre teutonique envoya un vin rare à Anna, grande-duchesse de Lituanie, épouse de Vytautas le Grand, en 1416. A cette époque, le noble lituanien importait déjà du safran. , cannelle, riz, poivre, raisins secs pour leurs besoins. [6] Le Congrès de Lutsk, organisé par Vytautas le Grand, était un autre exemple de la cuisine lituanienne médiévale. Les chroniques rapportent que sept cents barils de miel, de vin, 700 bœufs, 1 400 moutons, des centaines d'élans, de sangliers et d'autres plats étaient consommés quotidiennement.

La chasse et le paysage traditionnels lituaniens, les conflits encore existants entre le paganisme et le christianisme ont été décrits par Nicolaus Hussovianus dans son poème latin Carmen de statura, feritate ac venatione bisontis (Une chanson sur l'apparence, la sauvagerie et la chasse du bison, 1523).

De nombreuses innovations culinaires sont venues d'Italie avec Bona Sforza, grande-duchesse consort de Lituanie. Bona Sforza a introduit la fourchette et la cuisine italienne traditionnelle – les olives, l'huile d'olive ont rendu le vin et la farine de blé plus populaires. Des panais, des choux-fleurs, des épinards et même des artichauts ont été introduits et cultivés. On suppose que le palais des grands-ducs de Lituanie avait son propre potager. Fille de Bona Sforza, Catherine Jagiellon après avoir épousé Jean III de Suède a introduit la fourchette et d'autres habitudes culturelles en Suède. [7] Le fils de Bona Sforza Sigismund II Augustus avait un chef italien Sigismondo Fanelli, vivant à Vilnius, Palais des Grands Ducs de Lituanie.

Les livres de comptes de la cour d'Alexandre Jagiellon mentionnent des fonctionnaires de la cour également associés à la cuisine : les titres de maître de cuisine étaient le magnat Petras Aleknaitis, tandis que les fonctions réelles du maître de cuisine étaient exercées par le chef de cuisine Raclovas, un autre maître de cuisine est également mentionné – Mikalojus Jundilaitis et le sculpteur Butrimas Jokūbaitis Nemiraitis. Au 16ème siècle, une conduite d'eau a été construite des sources Vingriai directement à la cuisine du palais des grands-ducs de Lituanie à Vilnius. [8]

Dans le contrat de vente conclu en 1623 par Elisabeth Sophie von Brandenburg, épouse de Jonušas Radvila et Jonušas Kiška, elle vend un jardin à Vilnius. Le texte du traité contient des mentions très détaillées des plantes du jardin telles que les pommiers greffés, les poires, les prunes (prunus domestique), cerises, cerises sauvages, vitis, aubépines, églantines. Un jardin de légumes italiens (comme on l'appelait à l'époque) est également très détaillé. C'est-à-dire les pommes de terre, les artichauts, les asperges, la mâche, la roquette, le cresson, les épinards, les melons, les betteraves, les joncs, le persil français, les oignons italiens, la laitue, la chicorée. Et des épices et arbustes décoratifs : anis, menthe poivrée, estragon, aneth, véritable indigo et genévrier. On mentionne également l'orangerie en bois qui servait à faire pousser des figuiers et des noix communes. [9] Au XVIe siècle, les souverains et les nobles de Lituanie consommaient des raisins, des oranges, des melons, des framboises, des fraises, des cerises et des prunes, importaient du gingembre, de la cannelle, des amandes et du poivre.

La culture de la pomme de terre en Lituanie est connue dès le XVIIe siècle, mais elle ne s'est généralisée qu'au XVIIIe siècle. [dix]

Les découvertes archéologiques sur la place du palais des grands-ducs de Lituanie ont révélé de nombreuses informations sur la nourriture consommée, les couverts et le service des souverains lituaniens. [11]

Premier explorateur de la flore lituanienne, le botaniste Jurgis Pabrėža a décrit la culture des épices en Lituanie.

Dans les recettes des XVIIIe et XIXe siècles à la lituanienne paru dans les livres culinaires français. L'image romantique de la Lituanie était associée aux forêts luxuriantes et au gibier - pas étonnant que les recettes à la lituanienne étaient principalement des plats préparés à partir d'orignal, d'ours ou de perdrix grise. La Cuisine classique par Urbain Dubois et Émile Bernard, publié en 1856 contenait des recettes lituaniennes de soupe d'oie et de souce. Un livre culinaire d'Alphonse Petit La gastronomie en Russie, publié en 1900, comprenait huit recettes lituaniennes. [12] [13]

Au XXe siècle, dans la Lituanie de l'entre-deux-guerres, de nombreuses filles fréquentaient Amatų mokykla (The Trade School), où les jeunes femmes ont été formées pour préparer divers types de plats et ont appris diverses recettes, les bonnes manières à table, l'économie et la gestion du ménage. Ces écoles ont conduit à la diffusion de recettes similaires dans tout le pays.

Au cours des dernières années, des restaurants en Lituanie ont émergé, spécialisés dans la cuisine lituanienne historique, le patrimoine culinaire et ses interprétations.

Une partie de la carte d'Olaus Magnus illustrant la Lituanie : type lituanien de navires marchands de récoltes (nefs frumentaires) – vytinė est vu près de Vilnius, également des ruches de protection contre les ours (sur le côté droit)

Palais des Grands Ducs de Lituanie à Vilnius. De nombreuses nouveautés et modes européennes comme l'opéra et la cuisine italienne ou française ont atteint la Lituanie par ce palais.

Logo de la Fondation du patrimoine culinaire lituanien utilisé pour marquer les aliments produits selon la méthode traditionnelle lituanienne.

L'un des produits alimentaires lituaniens les plus anciens et les plus fondamentaux était et reste le pain de seigle. Le pain de seigle est consommé tous les jours pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Le pain jouait un rôle important dans les rituels familiaux et les cérémonies agraires. [14] Traditionnellement, la pièce maîtresse de la cuisine lituanienne est le pain de seigle noir (ruginė duona) qui est utilisé plus souvent que les pains de blé légers. Les découvertes archéologiques révèlent que le pain des IXe et XIVe siècles en Lituanie était très similaire au pain de seigle actuel. [15] La pâte est généralement à base de levain et comprend de la farine de blé pour alléger le produit fini. Traditionnellement, chaque maison avait sa propre levure au levain - raugas, qui avait aussi une signification symbolique de la maison. Le pain de seigle est souvent consommé en sandwich ouvert, beurré ou tartiné de fromage. Il est parfois parfumé au cumin ou à l'oignon. Le pain traditionnel est cuit sur des feuilles de drapeau doux. La cuisson du pain était considérée comme un rituel important. [16] Le pain était cuit dans un four spécial pour le pain - duonkepi krosnis. Proverbe lituanien dit - Sois aukso apsieis, sois duonos ne (On peut se passer d'or, mais pas sans pain).

Certaines variétés de pain lituanien contiennent des graines entières de seigle et de blé, ce type de pain est appelé grūdėtoji, c'est-à-dire du pain « aux graines ».

Le légume le plus couramment utilisé dans les recettes lituaniennes est la pomme de terre dans ses formes les plus simples, elle est bouillie, cuite au four ou sautée, souvent garnie d'aneth, mais un énorme [ citation requise ] une variété de recettes de pommes de terre existent. Les pommes de terre ont été introduites en Lituanie à la fin du XVIIIe siècle, se sont avérées prospérer dans son climat et sont rapidement devenues indispensables.

Les concombres, les cornichons à l'aneth, les radis et les légumes verts sont très populaires. Betteraves (burokai) sont cultivées plus largement que dans d'autres régions du monde et sont souvent utilisées pour faire du bortsch et des plats d'accompagnement. Le chou est un autre légume populaire, utilisé comme base pour les soupes ou enroulé autour des garnitures (balandėliai). Les tomates sont maintenant disponibles toute l'année dans les magasins, mais celles cultivées dans les serres familiales sont toujours considérées comme supérieures. L'oseille est cultivée dans les jardins pour la soupe et la salade.

Les herbes et assaisonnements lituaniens comprennent les graines de moutarde, le raifort (krienai), aneth (krapaï), graines de carvi (kmynai), ail, coriandre, origan, laurier, baies de genièvre (kadagio uogos), graines de chanvre et essences de fruits. La vanille et le poivre étaient rares pendant l'occupation soviétique, mais ont été accueillis à nouveau après la restitution de l'indépendance. La cuisine est relativement douce.

Le marinage est une façon populaire de préparer des légumes pour l'hiver ou simplement de leur donner une saveur particulière. Concombres, betteraves, aneth, tomates du jardin, oignons, ail sont marinés et disponibles toute l'année.

L'une des fiertés de la cuisine lituanienne est sa large utilisation de baies sauvages et de champignons et cette tradition de recherche de nourriture est à peu près vivante à ce jour.

Le champignonnage est un passe-temps populaire du milieu de l'été à l'automne. En tant que produit de base, les champignons sont généralement récoltés dans la forêt, parfois ils sont achetés sur les marchés en bordure de route, en particulier sur la route de la région de Dzūkija de Druskininkai à Vilnius, l'achat de champignons dans les magasins est rare. Malgré son statut de mets délicat, les champignons sont considérés par de nombreux Lituaniens comme difficiles à digérer. Champignons séchés utilisés comme assaisonnement. Un certain nombre d'espèces de champignons sont récoltées dans la nature, notamment :

  • Baravykas – roi bolet
  • Voveraitė (au sens propre, petit écureuil), lepeška (dans la région de Dzūkija) – chanterelle
  • Gudukas, vokietukas, kalpokas, vištelė – champignon gitan.

Baravykas est l'espèce la plus appréciée et la plus recherchée, les usages principaux sont le séchage et la marinade. Séché baravykas a une forte odeur agréable et est utilisé comme assaisonnement dans les soupes et les sauces. Voveraitė est souvent utilisé frais comme assaisonnement dans les soupes ou sauté. Le plat le plus courant de ce champignon est voveraitė sauté avec des oignons bulbes hachés et des pommes de terre. Gudukas, sans doute le plus abondant localement des champignons comestibles en raison de sa faible popularité, est généralement mariné. D'autres champignons comestibles, comme lepšė (Leccinum scabrum), raudonviršis ou alors raudonikis (littéralement, "à tête rouge") (Leccinum aurantiacum), makavykas (Suillus variegatus), ilbaravykis (Xerocomus badius), sont plus rares, mais sont également cueillies et peuvent être utilisées de la même manière que baravykas.

Les baies sauvages sont également cueillies ou, encore plus fréquemment que les champignons, achetées sur les marchés ou les magasins en bord de route. Myrtilles (mėlyns) et les airelles (brukns) sont les deux espèces de baies sauvages les plus abondantes. Canneberges (spanguolės) sont appréciés, mais leur culture est limitée à certaines zones marécageuses, comme celles adjacentes au marais de Čepkeliai. La confiture aigre de canneberges ou d'airelles et la confiture de myrtilles sucrées sont toutes considérées comme d'excellentes sauces pour les crêpes (blynaï). La confiture d'airelles est parfois utilisée comme vinaigrette pour le poulet ou la dinde frits ou comme sauce pour d'autres plats salés. Les myrtilles fraîches peuvent être mises dans une soupe au lait froide. Fraises des bois (emuogės) sont relativement rares et sont généralement récoltés pour une consommation immédiate.

Boletus, le "Roi des Champignons"

Les chanterelles sont des champignons populaires en Lituanie

Glyceria fluitans (paprastoji monažolė). Les graines étaient utilisées pour l'alimentation et mentionnées comme des biens naturels de la Lituanie Mineure avec la cire d'abeille, le miel, l'ambre et le bois. [17]

Pastinaca sativa (paprastasis pastarnokas). Était un aliment populaire avant l'apparition des pommes de terre. K.Donelaitis dans son poème Les saisons encouragé la culture du panais.

Les pommes, les prunes et les poires, qui poussent bien en Lituanie, sont les fruits les plus couramment utilisés. [ citation requise ] Parce qu'ils ne peuvent pas tolérer le gel, les fruits tropicaux tels que les agrumes, les bananes et les ananas doivent être importés, et donc ont été moins souvent utilisés dans le passé, cependant, ces fruits deviennent maintenant plus typiques et sont largement consommés. Pendant la récolte d'automne, les fruits sont souvent mijotés et épicés pour créer des ragoûts de fruits (Kompots). Groseilles à maquereau (agrasta) et les groseilles (serbentai) sont largement cultivées, elles sont sucrées, transformées en confitures et pâtisseries, et apportent une touche piquante aux desserts. De petits producteurs locaux fabriquent de bons vins de fruits à partir de framboises, et en particulier du vin de glace de pomme de cassis est également produit. Le fromage de pomme qui est considéré comme un dessert est très populaire en automne. La plus ancienne recette de fromage aux pommes en Lituanie a été trouvée dans le livre du chef de la famille Radvila du 17ème siècle. L'argousier est utilisé pour le jus et comme garniture.

La viande la plus fréquemment utilisée est le porc, suivi du bœuf, de l'agneau, du poulet, de la dinde et du canard [ citation requise ] pour une consommation immédiate, il est souvent grillé, ou saupoudré de chapelure et sauté, dans un plat similaire à l'escalope. [ citation requise ] Pour les grands rassemblements, des rôtis au four sont préparés. [ citation requise ] Le besoin de conservation de la viande ne présente plus l'urgence qu'il était pendant l'occupation soviétique ou les périodes de troubles précédentes, mais de nombreuses techniques préférées survivent, notamment le saumurage, le salage, le séchage et le fumage. Il existe de nombreuses variétés de porc fumé, y compris du jambon et une saucisse molle avec une garniture à gros grains. Ceux-ci sont servis comme plat principal ou tranchés finement dans des sandwichs. Le skilandis est une saucisse lituanienne populaire ajoutée à la liste des appellations d'origine protégées de l'UE. L'art du fumage de la viande a une longue tradition en Lituanie - le bon choix des bois, de la chaleur ou de la distance du feu exigeait une maîtrise. Skilandis a été fumé pendant quatre semaines dans une pièce spéciale – kaminas – qui servait à cuisiner. Le fumage, la salaison et les autres techniques de préparation de la viande diffèrent dans les régions lituaniennes.

Le poisson d'eau douce, à l'exception du hareng, était le poisson le plus populaire en Lituanie. Les poissons, comme le brochet, le sandre ou la perche, sont souvent cuits entiers ou farcis. Le hareng est mariné, cuit au four, frit ou servi en gelée. Depuis le 19ème siècle, le hareng a été importé en Lituanie depuis la Norvège, Stavanger. [18] Le saumon est aussi un plat populaire souvent servi avec une sauce à la crème, des légumes et du riz. Avant de construire des barrages après l'occupation soviétique, le saumon était un poisson assez abondant dans les rivières lituaniennes.

Les poissons fumés tels que l'anguille ou la brème sont des entrées et des apéritifs populaires dans les zones proches de la mer Baltique, en particulier à Neringa.

Les écrevisses sont également populaires et sont généralement consommées en été comme mets délicat et accompagnement servi avec de la bière.

La Lituanie est connue pour ses produits laitiers de qualité. Les produits laitiers jouent un rôle important dans la cuisine lituanienne. Le fromage blanc (semblable au fromage cottage) peut être sucré, aigre-doux, assaisonné de cumin, frais ou affiné jusqu'à ce qu'il soit semi-doux. Le beurre et la crème lituaniens sont exceptionnellement riches. La crème sure est si importante dans la cuisine lituanienne qu'elle se mange avec tout - viande, poisson, crêpes, soupes, desserts, salades, etc. Snacks au lait caillé lituanien appelé sūreliai sont aussi populaires. De plus, une grande variété de différents produits à base de lait caillé est disponible dans les supermarchés, bien que certaines personnes préfèrent encore faire leur propre lait caillé. Une route du lait a été créée qui traverse des objets importants de la production laitière en Lituanie. [ citation requise ]

Lait et dérivés du lait Modifier

La variété de lait est grande – lait, babeurre, lait caillé, kéfir, crème, yaourt. Les plus traditionnels sont le babeurre et le lait caillé, consommés avec des pommes de terre bouillies. [ citation requise ]

Fromage Modifier

Le fromage blanc traditionnel lituanien a une indication géographique protégée (IGP). [19] La façon la plus populaire de manger du fromage blanc non fermenté lituanien est avec du miel frais, il peut également être cuit avec des épices et apprécié avec du thé. Les historiens de l'alimentation estiment que le fromage blanc était connu depuis 4 à 6 milliers d'années. [20] Les Lituaniens ont commencé à faire fermenter du fromage à pâte dure vers le XVIe siècle dans la région de Samogitie. Au-delà des frontières samogitiennes, ce fromage était connu sous le nom de fromage lituanien. Historiquement, il n'y avait pas beaucoup de variétés de fromage en Lituanie, en raison des faibles niveaux d'intolérance au lactose. [ citation requise ] Les produits laitiers étaient généralement consommés frais ou légèrement fermentés. Fromage à pâte mi-dure Liliputas en 2015 a été inclus dans les listes de produits d'appellation d'origine protégée et d'indication géographique protégée de l'UE. [21] Fromage à pâte dure Džiugas mûrit pendant au moins 12 mois, est populaire parmi les gourmets et est utilisé pour aromatiser les recettes. Džiugas en 2019 inclus dans la liste des appellations d'origine protégées de l'UE. Dans l'entre-deux-guerres, Šėta était célèbre pour son fromage, fabriqué en sūrinė (fromagerie). De petites fermes familiales dans toute la Lituanie produisent également divers types de fromages artisanaux vendus sur les marchés écologiques et fermiers, les restaurants. [ citation requise ]

La Lituanie se compose de cinq régions : Lituanie Mineure (Mažoji Lietuva), Samogitie (emaitija), Aukštaitija, Suvalkija, Dzūkija.

La Lituanie mineure était célèbre pour son poisson, principalement d'eau douce - il était fumé, salé, rôti, séché. La meilleure soupe de poisson, en Lituanie, similaire à la Bouillabaisse est également préparée en Lituanie Mineure. La Samogitie est connue pour ses abondantes variétés de bouillie, d'écrevisses, kastinis et une soupe hareng-oignons cibulineė. Aukštaitija est connue pour ses plats de pommes de terre et vėdarai Le nord d'Aukštaitija est surtout connu comme une région brassicole de Lituanie. Suvalkija est connue pour ses produits de viande fumée de qualité - une variété de bois étant utilisée pour acquérir un goût subtil, certains produits étant fumés jusqu'à un mois. Dzūkija, la région la plus boisée est célèbre pour les champignons, les baies, les plats de sarrasin tels que la galette de sarrasin (grikinė boba) et la soupe aux cèpes. La salaison de la viande par fumage n'est pas pratiquée à Dzûkija. Au lieu de cela, les morceaux de viande salés restent en saumure ou sont suspendus et séchés à l'air.

Différents types de bois ont été utilisés pour fumer la viande - en Samogitie et à Aukštaitija, de l'aulne avec une combinaison de genévrier a été utilisé, à Suvalkija - uniquement de l'aulne.

Structure d'un repas lituanien dans sa forme complète, généralement exécuté pendant les festivités.

Des tranches de charcuterie à la viande, des petits types de salade, du hareng vous seront proposés. Le repas est généralement froid, pas chaud. Plusieurs types de plats froids variés vous seront servis au choix. Il peut être accompagné d'un apéritif tel qu'une liqueur amère.

La soupe est une partie très importante de la cuisine lituanienne. Bien qu'il n'obtienne pas beaucoup d'attention en tant que plat principal, son but est d'être agréable et revitalisant.

Le plat principal est servi chaud. Il peut s'agir de poulet rôti, de bœuf ou d'un type de plat principal que l'hôte est le plus fier de présenter aux invités. Bière ou vin vous sera offert avec le plat principal.

Le dessert est servi après un certain temps après le plat principal. Cela pourrait être une sorte de gâteau ou de lait caillé avec des baies ou de la confiture.

Le café ou le thé peuvent être servis avec un dessert ou séparément.

Si les invités passent du temps à table et ont des conversations intéressantes, un digestif ou plus de café ou de thé sera offert.

La structure des repas de la journée est également influencée par la vie ancienne de la ferme ou du village. La journée de travail habituelle était divisée en trois parties - le travail du petit matin jusqu'au petit déjeuner (pusryčiai), travailler avant le petit-déjeuner et le dîner (piétés) et travailler entre le dîner et le repas du soir (vakarienė). [22] Le petit-déjeuner était considéré comme le repas le plus copieux, le dîner était considéré comme un repas plus léger et le repas du soir était le plus léger. En été, la journée de travail était le repas le plus long et le plus léger avant le petit-déjeuner (priešpusryčiai) and the meal before dinner and evening meal - pavakariai was provided. Up tp this day Lithuanians eat quite filling breakfast and really light evening meals.

Starters and side dishes Edit

  • Kepta duona (garlic bread) – black bread fried in oil and rubbed with garlic, often served with beer or an alcoholic beverage of some sort. Is a distant cousin of French pain à l'ail.
  • Įdaryti kiaušiniai – hard-boiled eggs are split, stuffed and garnished similar to deviled eggs.
  • Įdaryti pomidorai – tomatoes are cut in half and filled with a savory stuffing.
  • Piršteliai prie alaus – these "little fingers" are thin, rolled-up puff pastries served with beer.
  • Lašiniai (lard) – (smoked non-rendered pork underskin fat with a small layer of meat of or without it) is a popular appetizer in villages where it is produced locally, and is usually consumed in the form of a sandwich with unbuttered dark rye bread and bulb onions, horseradish or other vegetables and condiments. Spirgai (cracklings) are made from lard for various sauces similar to gravy. One can find various types of lašiniai in every butcher shop or shop mall in Lithuania.

Soups and main dishes Edit

  • Bulvinių kukulių sriuba – minced potatoes formed into small balls, and boiled in milk. These are usually made from the same potato mixture used in cepelinai. soup flavored with carrots, ham, onions, sauerkraut or all of these and boiled with lard. – the broth is pureed with cucumbers and sweet or sour cream, often garnished with dill.
  • Juka – blood soup from the southern region of Lithuania.
  • Lapienė – greens such as sorrel or spinach are braised and added to a creamy broth.
  • Kankolienė, zacirka – milk soup with dough balls made from flour or potato. soup – often seasoned with pork, carrots, onions, and bay leaves.
  • Barščiai – hot borscht (beet soup) it is served uncreamed or blended with sour cream or buttermilk sometimes chopped Boletus mushrooms are added.
  • Šaltibarščiai – cold summer soup based on beets and milk kefir or sour milk, colored a shocking pink. It is made with cooked or pickled shredded beets and various other chopped vegetables, such as cucumber, dill, or green onions. Hot boiled potatoes, cold sour cream, and diced hard-boiled eggs are often served alongside to add color, texture, and thermal contrast. The older traditional version of šaltibarščiai was simply white without beets.
  • Vištienos sultinys – chicken broth is always popular, especially for the elderly and ill.
  • Maltiniai ou alors Frikadėlės (Frikadeller) – soft minced meat and onion patties, often served with potatoes, sliced cucumber, dill pickle and/or grated beats and a sauce.
  • Manų Putra/Košė – Semolina wheat porridge/pudding topped with butter, cinnamon, sugar and/or berries. It is common as a breakfast dish or as a dessert.
  • Šaltiena ou alors košeliena (aspic ou alors meat jelly) – many savory foodstuffs are presented in gelatin molds horseradish is often served as a condiment.
  • Blynai ou alors Lietiniai, Sklindžiai – although blynai is often translated as pancakes, they are usually more similar to crepes. They are either wafer-thin, as crepes are, or made from a yeast-risen batter, often mixed with grated apple or potato.
  • Kėdainių blynai – grated raw potato pancakes, similar to latkes.
  • Žemaičių blynai – similar to Kėdainių blynai, made from boiled potatoes and filled with chopped cooked meat
  • Lietiniai – large, usually square thin crepes filled with minced meat, curd with cinnamon, or minced sauteed mushrooms.
  • Buckwheat pancakes – traditional dish in Dzūkija
  • Balandėliai (little doves) – cabbage leaves stuffed with meat and braised.
  • Dešra – sausages are made in many different ways: they may be smoked or fresh, and include pork, beef, potatoes, or barley in rural areas, blood may be added.
  • Didžkukuliai ou alors Cepelinai (zeppelins) – potato dumplings stuffed with meat, mushrooms, or cheese, often garnished with spirgai, fried minced onion and bacon or sour cream.
  • Kastinys – sour cream "butter" sour cream is kneaded and washed until it forms a soft spread. A traditional dish in Samogitia.
  • Kibinai – pastry with mutton and onions, a Karaite dish.
  • Kukuliai - Potato dumplings similar to gnocchi.
  • Koldūnai, virtiniai, Auselės – these are various kinds of dumplings, filled with minced meat, sausage, cottage cheese, or mushrooms, usually garnished with crumbled fried bacon. They are similar to Polish pierogi or kołduny, but are usually smaller. Koldūnai were introduced to Lithuania with Tatars, who were invited to settle by Vytautas the Great.
  • Šaltanosiai - literally "cold nose ones". Similar to koldūnai ou alors virtiniai - they are being eaten lukewarm or cold with blueberry jam. Lithuanian name šaltanosiais was borrowed in Polish, German and Belarussian languages.
  • Kugelis (also bulvių plokštainis, the lexically correct non-foreign name, literally "flat potato dish" or banda - this usage predominates in the Dzūkija region) - potato pudding made with grated potatoes and eggs. It is usually served with sour cream or spirgai. Also served with diced bacon and diced onion cooked in the bacon fat.
  • Šaltnosiukai (cold little noses) – dumplings filled with lingonberries, not found anywhere outside Lithuania.
  • Skilandis ou alors Kindziukas – pig stomach stuffed with meat and garlic and cold-smoked.
  • Suktiniai (beef birds) – beef or pork is pounded until very thin, filled and rolled up, and braised. An example of this is zrazai, which are Lithuanian beef rolls. [23] See image at right.
  • Švilpikai - an oven-baked potato snaps.
  • Šiupinys (Hodge-Podge) – a stew made from a variety of ingredients - groats, peas, beans, potatoes, meat, rye flour. Various different combinations are preferred in different regions of Lithuania.
  • Troškinti rauginti kopūstai – a stew made with sauerkraut and the cook's choice of meats and vegetables.
  • Vėdarai – large intestine of a domestic pig stuffed with grated potato mash.

Desserts Edit

Lithuanian-style cakes (pyragas) are often baked in a rectangular pan and sometimes have an apple, plum, apricot, or other fruit baked in they are less frequently iced than is customary in the United States. These cakes are cut into squares for serving. Poppy seed is sometimes used as a swirl filling in dessert bread (Poppy seed roll and šimtalapis) and as a flavoring in other pastries.

For special occasions, torte may be prepared they often consist of 10 to 20 layers, filled with jam and vanilla, chocolate, mocha, or rum buttercreams they are lavishly decorated. Lithuanian coffeehouses (kavinė) serve a variety of tortes and pastries to attract evening strollers.

  • Žagarėliai (also known as krustai ou alors chrustai) – Twisted, thin deep-fried pastries dusted with powdered sugar identical to Scandinavian Klejner cookies, similar to Mexican buñuelo.
  • Kūčiukai ou alors šližikai – very small rolls are baked and served with poppyseed milk this is a traditional Kūčios' (Christmas Eve) dish.
  • Ledai - ice cream is served everywhere in the summer.
  • Spurgos – a Lithuanian variant of doughnuts, sometimes filled with preserves. The main difference from doughnuts or berliners is that the Lithuanian version uses curd as a basis. Therefore, they often called varškės spurgoscurd doughnuts.
  • Šakotis (also called raguotis) – is essentially a pound cake grilled layer by layer, with a very distinctive branching form. It is a Lithuanian variant of a spit cake which is a distant cousin of the German Baumkuchen, the French gâteau à la broche, the Swedish spättekaka. Some sources attribute its invention to Yotvingians - ancient, now extinct Baltic tribe. [24] Šakotis is a frequent accent of Lithuanian weddings and bigger festivities.
  • Šimtalapis (one hundred sheets) – introduced to Lithuania with Tatars brought by Vytautas the Great and modified locally, is made from laminated dough which is separated with layers of melted butter – the principle is very similar to that of croissants.
  • Tinginys – prepared with biscuits or crackers, cocoa, butter, sugar and solidified milk
  • Skruzdėlynas (anthill) – consists of individual pastries stacked on top of one another, sprinkled with poppy seeds and glazed with honey and nuts.
  • Fresh cucumbers with honey – typical summer dessert, especially on the countryside.

Beer Edit

Alus (beer) is extremely popular throughout the country, especially again since the restoration of the Independence in 1990. Several Lithuanian beers have won international awards. Local breweries are enjoying a renaissance. Beer is the most common alcoholic beverage. Lithuania has a long farmhouse beer tradition, first mentioned in 11th-century chronicles. Beer was brewed for ancient Baltic festivities and rituals. [25] Ancient Lithuanian god for brewing beer and mead was Ragutis ou alors Rūgutis. 21 September was known as the festive Alutinis, Koštuvės ou alors Ragautuvės - the first beer was made using the harvest of the running year. [26] Lithuania is not very well known for its beer worldwide, but it is one of the few countries in Europe to have an independent beer tradition in which breweries do not simply brew beers in styles developed elsewhere. Traditional farmhouse brewing has survived into the present day in Lithuania, and during Soviet times such brewing started to be expanded to a larger scale. After independence, this process gathered speed and soon there were more than 200 breweries in the country. Many of these have since gone out of business, but Lithuania still has about 80 breweries, of which perhaps 60-70 produce beers in styles unknown in the rest of the world. Some of these are very close to the traditional brews made by farmers, while others have developed out of that tradition as a consequence of the growth of the traditional brewers into reasonably large regional breweries.

Farmhouse brewing survived to a greater extent in Lithuania than anywhere else, and through accidents of history the Lithuanians then developed a commercial brewing culture from their unique farmhouse traditions. [27] Lithuania is top 5 by consumption of beer per capita in Europe in 2015, counting 75 active breweries, 32 of them are microbreweries. [28]

The microbrewery scene in Lithuania has been growing in later years, with a number of bars focusing on these beers popping up in Vilnius and also in other parts of the country. Local beers have started to attract international attention after beer bloggers discovered the country, inspiring a major feature article in Beer Connoisseur magazine, prompting the New York Times to list Lithuania as one of the 42 places to visit in 2013 on the strength of the village beers. Beer routes are organized through the main breweries in northern Lithuania.

Midus Edit

Midus is said to be the most ancient Lithuanian alcoholic beverage it is a variety of mead made from honey. Baltic people were making midus for thousands of years. One of the first mentionings of Balts and mead was by the 9th-century traveller Wulfstan of Hedeby, who visited Prussians. Old Lithuanian mead was made from a solution of honey and water simmered with various spices, such as thyme, lemon, cinnamon, cherries, linden blossoms, juniper berries, and hops. [29] Oldest recipe of Lithuanian midus was recorded in a book by Olaus Magnus Historia de Gentibus Septentrionalibus, published in Rome in 1555. [30] Midus was considered a drink of nobleman and gentry. Since 16th century midus started to compete with imported vine, but it was known and was still very popular in Palace of the Grand Dukes of Lithuania. [31] Today Midus is produced by several companies and is to be found in the majority of liquor shops. Craft mead producing is also becoming popular. Traditional Lithuanian midus Stakliškės, fermented up to 90 days has a Protected Geographical Indication (PGI) label. [32]


World's 50 Best Restaurants 2019, Mirazur at the top - The full list

Mirazur in Menton, France has been announced as the number one restaurant at the The World’s 50 Best Restaurants ceremony in Singapore.

Speaking on stage just after receiving the highly contended accolade, chef Mauro Colagreco said: “Wow, wow, wow, wow… What a crazy year, three Michelin stars and number one in the world, all in the same year. It’s a year I will remember forever.”

“Today we are celebrating France and its value: Liberty, Equality, Fraternity. France has allowed me to express myself, Argentina to my memories from my childhood, to Brazil who has offered me the love of my life and to Italy where more than half of my team are coming from.”

“Cuisine is able to close all kinds of borders. I would like to express to all the chefs in the world my love and gratitude.” He finished with a poetic line: “Borders? I’ve never seen one, but I have heard they exist in the mind of some people.”

Number two on the list went to Noma.2 in Copenhagen, a new entry that excited the crowd and showed just how influential Rene Redzepi is to the gastronomy world, the third spot was awarded to Asador Etxebarri in San Sebastian.

The One to Watch award went to Lido84 on Lake Garda in Italy, the Highest Climber on the list was Azurmendi in Spain and the Best Female Chef title was given to Daniela Soto-Innes de Cosme in New York. Humanitarian chef José Andrés collected the inaugural American Express Icon Award.

The World’s Best Pastry Chef went to Jessica Prealpato from Paris and The Sustainability Award went to Schloss Schauenstein in Switzerland by chef Andreas Caminada. The Chef’s Choice Award, voted for by all the chefs on the list, went to Alain Passard. The Art of Hospitality Award 2019 went to Den in Tokyo, Japan with chef Zaiyu Hasegawa.

2019 saw a big change in the overall organization of the list with previous winners, Massimo Bottura, Daniel Humm, Ferran Adria, The Roca Brothers, Thomas Keller, Rene Redzepi and Heston Blumenthal, included in a new Best of The Best list. Noma.2 was ranked 2nd on the list because it’s a new restaurant in a new location.

Below you can see a full list of The World’s 50 Best Restaurants 2019.


5. Shashlik/Shashlyik

If semi-raw marinated fish doesn’t suit your tastes, these roasted meats and fish on skewers are hard not to like. As the name suggests, this dish is a form of shish kebab, although the Russian version is served with chunkier portions of lamb, beef, chicken or salmon, and served with an unleavened bread, Russian pickles and a sometimes spicy tomato sauce. If your travels take you to Moscow’s Izmailovsky flea market (and it’s certainly a top 10 thing to see), you’ll find a range of market stalls serving shashlik sticks right off the grill.

Make your own:

  • Learn to marinate and grill shashlik with this recipe.
  • Experiment with a range of marinates and meats with this guide.
  • Add a dab of Russian ‘ketchup’ as well.

Tajik food from Kyrgyzstan

Tajikistan has a large Kyrgyz minority, especially in the Pamirs. It’s probably the Kyrgyz nomads that introduced fermented milk products and horse meat in Tajik cuisine.

Kurut

These small pocket-sized balls of hard white cheese made from sour milk or yoghurt are central asia’s favourite dairy snacks. Nomads used them for long journeys, but nowadays young and old nibble away when they feel like.

Kurut has an intense salty taste that is hard to digest for those not used to it. I have had many instances in local buses and shared taxis where I was offered kurut and where I had to politely try to eat them without looking too disgusted.

Horse meat is a popular delicacy in Tajikistan. However, it doesn’t come cheap and is therefore not eaten every day. In bazaars look out for the horse meat sausage Kazy.

Laghman

Lagman is an Uyghur dish that the Uyghurs brought with them to Kyrgyzstan and Kazakhstan. It’s basic recipe has noodles, meat and vegetables.

Over the years it has become a central asian classic that exists in different varieties. First of all, the noodles can be served with or without a broth and second of all there are different types of noodles. Bozo laghman comes with fried noodles and gyozo laghman with boiled noodles.

Not one laghman is the same and if you order it in a restaurant it can be very hit and miss. I have had terrible laghmans with chewy noodles and bland vegetables. However, I had some delicious ones too, mostly at homestays.


The 15 best restaurants in Bristol you need to try

March 2021: Fingers crossed, it won&rsquot be long until Bristol&rsquos restaurants can swing open their doors again. Under the current lockdown exit strategy UK restaurants will be able to reopen from April 12 at the earliest, but only for outdoor meals, and from May 17 restaurants will be allowed to open indoors again, subject to social-distancing rules. In anticipation of being able to eat delicious dishes without having to do the washing up afterwards, we&rsquove updated our list of the best restaurants in Bristol. From Michelin-starred restaurants to fun festival food joints, here are the hottest tables in Bristol we think you should book once lockdown lifts.

Frankly, there&rsquos nowhere better than Bristol for an unpretentious and delicious dining experience &ndash even the higher-brow restaurants we list here share a sense of fun when it comes to their food. This city&rsquos predilection for only the most &lsquoauthentic&rsquo restaurant offerings also means the turnover of eating establishments is fast and furious, and that the spots that make it past the one-year mark really have proved themselves something special. So whether it&rsquos burgers , brunch or bar snacks you&rsquore after, here&rsquos a tantalising slice of the packed dining scene the South West is enjoying right now.

Eaten somewhere on this list and loved it? Share it with the hashtag #TimeOutEatList. You can find out more about how Time Out makes recommendations and reviews restaurants here .


Best kefir recipes

Water kefir limeade

It’s the second ferment when the limes get involved in this recipe, leaving you with a zingy and refreshing drink that’s full of probiotic goodness and is great served over ice with a slice of fresh lime.

Chocolate-chai kefir cake

We’ve added milky kefir to this glossy, indulgent chocolate cake to help keep it extra moist. A great alternative way to use up that homemade kefir.

Cucumber kefir and falafel salad

Whisk up kefir with dill, mint, lime and olive oil and then toss through shallot and cucumber for a dressing that will take your falafel to a whole new level.

Kefir smoothie with banana, almonds and frozen berries.

Full of plenty of good bacteria as well as lots of fruity nutrients, this smoothie, made with milky kefir, is a great on-the-go breakfast idea.

Kefir soda bread with kefir salted butter

Kefir goes into not only the soda bread itself here (along with spring onions, coriander seeds and turmeric) but also the salted butter that it’s best served with lashings of.

Kale and broccoli salad with kefir dressing

Crisp and crunchy, this low-calorie salad with creamy kefir dressing would make a quick and easy healthy dinner idea. The toasted walnuts add a satisfying bite to the greens, and the kefir brings lots of probiotic goodness.

Cod cheeks, pickled cucumber and kefir

This impressive starter idea comes from chef Dean Parker, it’s a great way to start using kefir. The fermented milk and tangy pickled cucumber make for ideal platefellows for juicy cod cheeks.


Voir la vidéo: 10 VOLS Les Plus Stupides Filmés Par Caméra!