bj.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

Les autorités mettent en garde contre un risque potentiel de contamination des aliments après les ouragans

Les autorités mettent en garde contre un risque potentiel de contamination des aliments après les ouragans


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


De nombreuses cultures ont été submergées par les eaux de crue contaminées pendant des jours

L'EPA et la FDA exhortent les propriétaires fonciers à nettoyer et à désinfecter leurs cultures en raison des risques de contamination élevés après l'ouragan.

Les survivants des ouragans Harvey et Irma qui retournent dans leurs fermes et leurs jardins doivent être conscients du risque auquel ils sont confrontés en ce qui concerne la contamination bactérienne potentielle des cultures.

Stan Meiburg, l'ancien administrateur adjoint de l'Environmental Protection Agency, avertit que les risques varient d'une région à l'autre, rapporte CNBC.

"Les principales préoccupations ont été de s'assurer que vous évitez la contamination, et en particulier, évitez tout contact [avec] … des aliments qui ont été en contact avec les eaux de crue", a déclaré Meiburg au média.

La Food and Drug Administration a publié un annonce de presse la semaine dernière qui a soutenu l'avertissement de Meiburg. Les tempêtes ont causé la submersion de nombreuses cultures dans les eaux de crue, les exposant à des bactéries.

"Certaines des principales préoccupations pour la sécurité des cultures sont la contamination par les métaux lourds, les produits chimiques, les bactéries et les moisissures", a expliqué le commissaire de la FDA, Scott Gottlieb, dans l'annonce. "Dans de nombreux cas, il est difficile de déterminer quels contaminants se trouvent dans les cultures qui ont été submergées par les eaux de crue.

Meriburg a déclaré à CNBC qu'avant que les plantes endommagées par les inondations puissent être utilisées pour la nourriture, elles doivent être correctement nettoyées et désinfectées et qu'il doit y avoir un approvisionnement suffisant en eau propre.

Vous cherchez à garder vos fruits et légumes propres ? Voici 5 conseils pour laver vos produits.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré: "Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise sous l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les habitants des communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans pour avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, ce qui a semé la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – enquêtait sur la question depuis sa création en 2009.

Debbie Pain, directrice de la conservation de WWT et une autorité sur la grenaille de plomb chez le gibier à plumes, qui a joué un rôle clé dans la formulation des conseils aux consommateurs, a déclaré : « Ils ont maintenant dit qu'ils retardaient la publication mais je ne sais pas quoi ça veut dire. Est-ce une semaine ou un mois ? Je n'en ai aucune idée.

Une étude de l'Agence européenne des normes alimentaires publiée en juillet et basée sur des études de 144 000 échantillons d'aliments collectés sur une période de neuf ans dans toute l'UE a révélé des niveaux très élevés de plomb dans le faisan et le sanglier. Bien que ces viandes ne soient pas souvent consommées au Royaume-Uni, les résultats étaient si élevés qu'ils ont faussé les résultats globaux pour tous les produits carnés testés.

Le rapport de l'EFSA a déclaré: "Des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés pour la viande de sanglier et la viande de faisan, vraisemblablement associés à l'utilisation de munitions au plomb. Les nombreux résultats élevés pour la viande de sanglier ont faussé la distribution pour cette catégorie d'aliments de sorte que la moyenne a dépassé le 95e centile."

Des études d'experts de la Food and Environment Research Agency (Fera) du gouvernement britannique présentées au groupe de plomb ont cité le tétras, le canard, la perdrix et le cerf comme sources potentielles d'empoisonnement au plomb pour les consommateurs britanniques. L'utilisation de la grenaille de plomb dans le tir aux canards a été interdite au Royaume-Uni en 1999 mais était toujours répandue, a indiqué l'agence.

Un porte-parole de la FSA a déclaré que la décision de suspendre la publication avait été prise "cette semaine". Il a confirmé que les avertissements "porteront sur le plomb et les expositions au plomb et des conseils aux personnes réduisant leur exposition au plomb. Ils seront destinés au petit nombre de personnes qui mangent régulièrement du gibier à plomb".

Il a ajouté: "Nous ne le publions pas aujourd'hui. Il est toujours en cours d'examen et nous ne l'avons pas encore tout à fait prêt. Nous cherchons à publier quelque chose sur les munitions au plomb, les petits oiseaux et les grands animaux, mais nous ne publions pas aujourd'hui."

Il a déclaré que la FSA n'avait pas encore décidé quand l'avis serait publié, mais qu'il paraîtrait « sous peu ».

Le rapport Fera, remis au ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales en 2010, a déclaré que les preuves sur l'ampleur du risque pour les consommateurs du gibier contaminé n'étaient pas claires et incohérentes, mais il y avait un consensus sur le fait qu'aucun niveau de plomb dans les aliments n'était sûr. .

Il a déclaré: "Les humains qui mangent du gibier qui ont été abattus avec des munitions au plomb risquent d'être empoisonnés par les fragments de balles ou de granulés qui restent incrustés dans la viande ou dans d'autres tissus comestibles, le risque lié au plomb biologiquement incorporé dans le gibier semble être au dessous de.

"Les radiographies de cerfs abattus ont montré que lorsqu'une balle de plomb se brise lors de l'impact, certains fragments sont trop petits pour être visibles à l'œil nu et seraient probablement retenus dans la viande après l'abattage. Les personnes dans les communautés qui dépendent fortement de la chasse pour leur subsistance sont susceptibles d'être les plus exposés.


Les plans pour émettre un avertissement sur les risques liés à la viande de gibier retardés

La Food Standards Agency a suspendu ses plans visant à avertir les femmes enceintes et les jeunes enfants des risques pour la santé de manger du gibier avec des munitions au plomb, provoquant la confusion et la consternation parmi les militants.

L'agence, qui publie des directives officielles aux consommateurs, devait publier mercredi une déclaration mettant en garde les groupes vulnérables contre la consommation de gibier comme le cerf, le tétras, le faisan et le sanglier tués par balles de plomb.

Il était également prévu de conseiller aux autres adultes qui mangeaient régulièrement du gibier sauvage abattu avec des boulettes de plomb de réduire leur consommation pour éviter un grave empoisonnement au plomb.

Le principal groupe de munitions, le groupe consultatif du gouvernement, a décidé mardi de publier les directives, mais cette décision a été annulée. Des sources proches du panel ont déclaré qu'aucune raison claire n'avait été donnée.

Le panel - qui comprend les principaux organismes de tir et de conservation du Royaume-Uni tels que le Game and Wildlife Conservation Trust, la Royal Society for the Protection of Birds, le Wildfowl and Wetland Trust (WWT), l'Association britannique de tir et de conservation et la campagne Alliance – had been investigating the issue since its inception in 2009.

Debbie Pain, conservation director of WWT and an authority on lead shot in game birds, who has played a key role in formulating the advice to consumers, said: "They've now said they're delaying publication but I don't know what that means. Is it a week or a month? I have no idea at all."

A study by the European Food Standard Agency published in July and based on studies of 144,000 food samples collected over a nine-year period from across the EU found very high levels of lead in pheasant and boar. Although those meats are not often eaten in the UK, the results were so high they skewed the overall findings for all meat products tested.

The EFSA report said: "Particularly high results were recorded for wild boar meat and pheasant meat, presumably associated with the use of lead ammunition. The many high results for wild boar meat skewed the distribution for this food category so that the mean exceeded the 95th percentile."

Expert studies by the UK government's Food and Environment Research Agency (Fera) presented to the lead ammunition group cited grouse, duck, partridge and deer as potential sources of lead poisoning for consumers in the UK. The use of lead shot in duck-shooting was banned in the UK in 1999 but was still widespread, the agency said.

An FSA spokesman said the decision to suspend publication had been taken "this week". He confirmed that the warnings "will be about lead and exposures to lead and advice for people lessening their exposures to lead. It will be directed at the small number of people who eat lead shot game on a regular basis."

He added: "We're not publishing it today. It is still under review and we still haven't quite got it ready yet. We're looking to be publishing something on lead ammunition and small birds and larger animals but we not publishing today."

He said the FSA had not yet decided when the advice would be published, but that it would appear "shortly".

The Fera report, given to the Department of Environment, Food and Rural Affairs in 2010, said evidence on the scale of the risk to consumers from contaminated game was unclear and inconsistent, but there was a consensus that no levels of lead in food were safe.

It stated: "Humans that eat game animals that have been shot with lead ammunition are at risk of poisoning from the fragments of bullets or pellets that remain embedded in the meat or in other edible tissues the risk from biologically-incorporated lead in game appears to be low.

"Radiographs of shot deer have shown that when a lead bullet breaks up on impact some fragments are too small to be visible to the unaided eye and would probably be retained in the meat after butchering. People in communities that depend heavily on hunting for subsistence are likely to be most exposed."


Plans to issue warning over game meat risks delayed

The Food Standards Agency has suspended plans to warn pregnant women and young children about the health risks of eating game shot with lead ammunition, prompting confusion and dismay among campaigners.

The agency, which issues official guidance to consumers, had been expected to issue a statement on Wednesday warning vulnerable groups against eating game such as deer, grouse, pheasant and boar killed with lead shot.

It was also expected to advise other adults who regularly ate wild game shot with lead pellets to cut their consumption to avoid serious lead poisoning.

The lead ammunition group, the government's advisory panel, decided on Tuesday to release the guidance, but that decision has been overturned. Sources close to the panel said no clear reason had been given.

The panel – which includes the UK's main shooting and conservation bodies such as the Game and Wildlife Conservation Trust, the Royal Society for the Protection of Birds, the Wildfowl and Wetland Trust (WWT), the British Association of Shooting and Conservation, and the Countryside Alliance – had been investigating the issue since its inception in 2009.

Debbie Pain, conservation director of WWT and an authority on lead shot in game birds, who has played a key role in formulating the advice to consumers, said: "They've now said they're delaying publication but I don't know what that means. Is it a week or a month? I have no idea at all."

A study by the European Food Standard Agency published in July and based on studies of 144,000 food samples collected over a nine-year period from across the EU found very high levels of lead in pheasant and boar. Although those meats are not often eaten in the UK, the results were so high they skewed the overall findings for all meat products tested.

The EFSA report said: "Particularly high results were recorded for wild boar meat and pheasant meat, presumably associated with the use of lead ammunition. The many high results for wild boar meat skewed the distribution for this food category so that the mean exceeded the 95th percentile."

Expert studies by the UK government's Food and Environment Research Agency (Fera) presented to the lead ammunition group cited grouse, duck, partridge and deer as potential sources of lead poisoning for consumers in the UK. The use of lead shot in duck-shooting was banned in the UK in 1999 but was still widespread, the agency said.

An FSA spokesman said the decision to suspend publication had been taken "this week". He confirmed that the warnings "will be about lead and exposures to lead and advice for people lessening their exposures to lead. It will be directed at the small number of people who eat lead shot game on a regular basis."

He added: "We're not publishing it today. It is still under review and we still haven't quite got it ready yet. We're looking to be publishing something on lead ammunition and small birds and larger animals but we not publishing today."

He said the FSA had not yet decided when the advice would be published, but that it would appear "shortly".

The Fera report, given to the Department of Environment, Food and Rural Affairs in 2010, said evidence on the scale of the risk to consumers from contaminated game was unclear and inconsistent, but there was a consensus that no levels of lead in food were safe.

It stated: "Humans that eat game animals that have been shot with lead ammunition are at risk of poisoning from the fragments of bullets or pellets that remain embedded in the meat or in other edible tissues the risk from biologically-incorporated lead in game appears to be low.

"Radiographs of shot deer have shown that when a lead bullet breaks up on impact some fragments are too small to be visible to the unaided eye and would probably be retained in the meat after butchering. People in communities that depend heavily on hunting for subsistence are likely to be most exposed."


Plans to issue warning over game meat risks delayed

The Food Standards Agency has suspended plans to warn pregnant women and young children about the health risks of eating game shot with lead ammunition, prompting confusion and dismay among campaigners.

The agency, which issues official guidance to consumers, had been expected to issue a statement on Wednesday warning vulnerable groups against eating game such as deer, grouse, pheasant and boar killed with lead shot.

It was also expected to advise other adults who regularly ate wild game shot with lead pellets to cut their consumption to avoid serious lead poisoning.

The lead ammunition group, the government's advisory panel, decided on Tuesday to release the guidance, but that decision has been overturned. Sources close to the panel said no clear reason had been given.

The panel – which includes the UK's main shooting and conservation bodies such as the Game and Wildlife Conservation Trust, the Royal Society for the Protection of Birds, the Wildfowl and Wetland Trust (WWT), the British Association of Shooting and Conservation, and the Countryside Alliance – had been investigating the issue since its inception in 2009.

Debbie Pain, conservation director of WWT and an authority on lead shot in game birds, who has played a key role in formulating the advice to consumers, said: "They've now said they're delaying publication but I don't know what that means. Is it a week or a month? I have no idea at all."

A study by the European Food Standard Agency published in July and based on studies of 144,000 food samples collected over a nine-year period from across the EU found very high levels of lead in pheasant and boar. Although those meats are not often eaten in the UK, the results were so high they skewed the overall findings for all meat products tested.

The EFSA report said: "Particularly high results were recorded for wild boar meat and pheasant meat, presumably associated with the use of lead ammunition. The many high results for wild boar meat skewed the distribution for this food category so that the mean exceeded the 95th percentile."

Expert studies by the UK government's Food and Environment Research Agency (Fera) presented to the lead ammunition group cited grouse, duck, partridge and deer as potential sources of lead poisoning for consumers in the UK. The use of lead shot in duck-shooting was banned in the UK in 1999 but was still widespread, the agency said.

An FSA spokesman said the decision to suspend publication had been taken "this week". He confirmed that the warnings "will be about lead and exposures to lead and advice for people lessening their exposures to lead. It will be directed at the small number of people who eat lead shot game on a regular basis."

He added: "We're not publishing it today. It is still under review and we still haven't quite got it ready yet. We're looking to be publishing something on lead ammunition and small birds and larger animals but we not publishing today."

He said the FSA had not yet decided when the advice would be published, but that it would appear "shortly".

The Fera report, given to the Department of Environment, Food and Rural Affairs in 2010, said evidence on the scale of the risk to consumers from contaminated game was unclear and inconsistent, but there was a consensus that no levels of lead in food were safe.

It stated: "Humans that eat game animals that have been shot with lead ammunition are at risk of poisoning from the fragments of bullets or pellets that remain embedded in the meat or in other edible tissues the risk from biologically-incorporated lead in game appears to be low.

"Radiographs of shot deer have shown that when a lead bullet breaks up on impact some fragments are too small to be visible to the unaided eye and would probably be retained in the meat after butchering. People in communities that depend heavily on hunting for subsistence are likely to be most exposed."


Voir la vidéo: Prévention des risques en entreprise Le risque de contamination alimentaire